Cet été, le nombre de zones de présence permanente (ZPP) du loup a encore augmenté, selon les suivis de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. 85 zones sont recensées dont 72 meutes, c’est 15 meutes de plus que lors du dernier bilan hivernal.

Nouveaux territoires

« Cette croissance de la population se traduit en premier lieu par un renforcement de la population dans le secteur alpin provençal via le comblement des interstices entre les meutes présentes », précise l’Office.

Le réseau a identifié de nouveaux territoires aussi explorés par le prédateur, notamment dans le Massif central.

Objectif atteint

À la fin de l’hiver 2018-2019, l’Office évaluera le taux de croissance ou de décroissance de la population, mais « il est probable que l’estimation dépasse 500 loups », avance l’ONCFS. L’objectif du plan loup serait donc atteint bien avant l’échéance de 2023. L’Office indique qu’il « travaille d’ores et déjà pour être en mesure de nourrir les réflexions pour la révision des modalités de gestion », au cas où la progression serait confirmée.

M.-F. M.