Dans ce cadre inhabituel, « le ring était relativement fourni » sur les deux jours de vente, estime Interlim, dans son communiqué de presse diffusé le 13 mars 2020. Pour contrebalancer la baisse d’affluence, les équipes du pôle de Lanaud se sont adaptées. Ainsi, « la diffusion en direct sur internet de l’ensemble des ventes de la station nationale a permis aux étrangers, mais pas seulement, de suivre les ventes à distance et de participer aux enchères. »

Cette série était composée « d’un large choix de lignées, relève Interlim. 103 veaux étaient mis en vente, dont 45 RJ, 54 espoirs et 4 non-qualifiés, en provenance de 85 élevages issus de 22 départements. »

54 jeunes taureaux « espoirs »

Pour inaugurer cette troisième série, 58 jeunes taureaux dont 54 qualifiés « espoirs » se sont succédé sur le ring. « 44 jeunes reproducteurs ont trouvé acquéreur lors de la vente, soit un taux de vente satisfaisant de 76 % », calcule Interlim. La moyenne de prix s’établit à 3 114 €. Les acheteurs étrangers étaient une nouvelle fois au rendez-vous. Ils ont acquis 9 mâles, en partance pour l’Italie (1) et la Pologne (8).

Pluton, vendu 5 000 €, atteint le record de la vente des « espoirs » le mercredi 11 mars. © Interlim

L’enchère la plus élevée est remportée par Pluton, né chez Annick Le Maux (Creuse), et acheté par le Gaec de Villechabut (Creuse) pour 5 000 €. « Fils de Jobard RJ, ce taureau se caractérise par une bonne rectitude de dessus, un bassin régulier et une cuisse large et rebondie », décrit Interlim. Il bénéficie également du label « Vêlage + » pour ses facilités de naissance.

Deux autres jeunes reproducteurs espoirs ont franchi la barre des 4 000 € :

  • Premier, né au Gaec de Fontenille (Aveyron), a été adjugé au Gaec Chanton (Creuse) pour un montant de 4 600 €. « Il possède une excellente rectitude de dessus, un bon quartier arrière avec un bassin ouvert, et une culotte large et rebondie ». Du côté de la génomique, ce veau profite du label « Vêlage + » pour ses facilités de naissance et son aptitude au vêlage.
  • Pollux, né chez Serge Astruy (Aveyron), a été acheté 4 300 € par l’EARL Ballet-Bassinet (Haute-Vienne). Ce dernier « se caractérise par sa finesse d’os, son dos et son bas de cuisse. Il a obtenu le label « Vêlage + » pour ses facilités de naissance et son aptitude au vêlage.

Les 45 mâles qualifiés RJ ont trouvé preneur

Sur les 45 reproducteurs jeunes (RJ) présentés le 12 mars, « 100 % ont trouvé preneur à une moyenne de 5 180 €, indique Interlim. Là encore, les clients étrangers […] ont confirmé leur intérêt pour la génétique française, avec 16 RJ achetés prenant la direction de la Belgique, de l’Espagne, de l’Italie, de la Lituanie, de la Pologne et du Portugal. »

Le top-price de la vente est décerné à Pompon, fils de Lupin RR VS sur Hifi RRE. Ce taureau, né à l’EARL Blaiteau (Maine-et-Loire) a été acheté 14 700 € par l’EARL Robert-Le Thiec et l’EARL R.D dans le Morbihan. Pompon « est très large dans son dessus, avec un bassin long et très ouvert, une cuisse bien dessinée et possède de bonnes qualités de race. Il a obtenu le label « Vêlage + » pour ses facilités de naissance et est remarquable pour son potentiel en développement squelettique (10 +) », analyse Interlim.

Un autre taureau, nommé Oroch, a su se démarquer sur le ring. Il a été vendu à un client espagnol pour la somme de 10 000 €. Ce fils de Maestro Espoir sur Jarre TA RP1, né chez Jean-Philippe Brossillon (Indre-et-Loire), « possède de très bonnes longueurs de corps, un bassin long et ouvert et un bon bas de cuisse ».

Lucie Pouchard

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Offre en repli et cours stables

Même si la météo est plus favorable aux grillades, les ventes des pièces à griller patinent avec une fin de mois de juin (5 semaines) compliqué pour les ménages. Les abattoirs ont des stocks pour une activité estivale qui ne démarrera pas avant la mi-juillet.