Le 17 juin 2021, le ministère de l’Agriculture a publié au Journal officiel l’arrêté portant l’homologation du cahier des charges du label rouge pour la « viande hachée surgelée de gros bovins de boucherie ». « Son obtention favorisera le développement de l’offre du haché sous signe officiel de qualité, pour lequel la demande est forte », appuie l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao), dans un communiqué diffusé le 18 juin 2021.

En outre, cette nouvelle homologation « participera à une meilleure valorisation de l’ensemble de la carcasse des gros bovins sous label rouge », poursuit l’Inao. La production initiale est fixée à 500 tonnes par an. Dix opérateurs, qui sont des ateliers de découpe et des ateliers d’élaboration de viande hachée surgelée, assureront le démarrage.

> À lire aussi : Label rouge, le cahier des charges rénové des gros bovins entre en vigueur (02/09/2020)

Profiter de la montée en puissance du haché

La viande bovine hachée représente aujourd’hui près de la moitié de la viande bovine achetée par les ménages. Le label rouge, « signe de qualité bien identifié par les consommateurs, contribuera au développement de cette filière bovine, en grandes et moyennes surfaces mais aussi en restauration collective », soutient l’Inao, gardant en tête l’objectif fixé par le plan de filière d’atteindre au moins 40 % de l’offre en viande bovine sous label rouge en 2022.

Ce nouveau label rouge, commercialisé sous la forme d’un steak haché façon bouchère, « s’inscrit dans les habitudes actuelles de consommation de viande bovine hachée avec deux déclinaisons proposées : 5 % et 12 % de matières grasses », précise l’organisme public. Cette gamme permettra à la fois de « répondre aux usages culinaires de préparation de plats à domicile et aux besoins de la restauration collective », assure l’Inao.

> À lire aussi : Filière, la viande limousine sous label rouge séduit le consommateur (04/03/2021)

Lucie Pouchard