Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Pas d’agriculture durable sans élevage

Sécurité alimentaire
 - Pas d’agriculture durable sans élevage
© V. Scarlakens/GFA © V. Scarlakens/GFA

L’Inra s’interroge sur ce que pourraient être des stratégies agricoles et alimentaires durables. L’élevage des ruminants se limiterait aux surfaces en herbe et valoriserait les coproduits des cultures.

Une expertise collective menée en 2015-2016 a permis de faire le point sur les multiples impacts de l’élevage européen. Conclusion : les impacts négatifs concernent majoritairement l’environnement. Mais « il faut se méfier des raisonnements simplistes », avertit Jean-Louis Peyraud, directeur scientifique adjoint en charge de l’agriculture à l’Inra. Les simulations laissent penser que la suppression complète de l’élevage ne permettrait pas d’atteindre les plus hauts niveaux de service environnementaux.

« L’élevage a un rôle primordial dans la fertilisation des sols et contribue à maximiser la production alimentaire par unité de surface », poursuit-il. Il permet, en effet, le recyclage des coproduits des cultures et valorise des espaces incultes. « Pour couvrir les besoins alimentaires d’un végan, il faut plus de surfaces que pour ceux d’une personne dont le régime inclut des produits d’origine animale », estime Jean-Louis Peyraud.

Réduire la part des protéines animales dans les pays développés

Au travers des prospectives Agrimonde et Agrimonde-Terra, les scientifiques ont dessiné les contours d’un régime alimentaire durable. Ce régime est qualifié de « sain » car il favorise l’équilibre nutritionnel. Il permet de nourrir 9,7 milliards d’habitants à l’horizon de 2050, sans augmentation notable des surfaces cultivées et avec une augmentation modérée des surfaces pâturées (moins de 10 %) au détriment de la forêt.

« La mise en place d’un tel régime impliquerait des changements alimentaires différents selon les zones du globe, explique Bertrand Schmitt, directeur de recherche en économie à l’Inra. Dans les pays développés, les apports caloriques totaux devraient diminuer et la part des protéines végétales augmenter aux dépens des protéines animales. Les tendances inverses seraient souhaitables dans certaines zones du globe, actuellement en situation de sous-nutrition et de carences. »

V.S.
Le mirage de la viande artificielle

Depuis la présentation en 2013 du premier steak obtenu à partir de cellules souches, la viande in vitro est parfois présentée comme une solution pour résoudre les problèmes soulevés par l’élevage. « Il est difficile d’évaluer l’impact environnemental d’un tel procédé, car il n’existe pas d’usine de production de viande artificielle, considère François Hocquette, directeur de recherches à l’Inra. Ce qui est certain c’est qu’en plus de l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’usine, le milieu de cultures des cellules doit contenir un certain nombre d’éléments (antibiotiques, fongicides, sucres, acides gras, acides aminés et hormones). S’il faut monter des filières pour produire industriellement tous ces composés, on imagine que le coût environnemental sera élevé. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !