Le rural préserve ! C’est du moins ce que tend à montrer le projet Pature IV qui avait pour but d’évaluer l’effet protecteur des produits laitiers vis-à-vis de l’asthme et de l’allergie via le suivi de 931 enfants vivant en milieu rural jusqu’à leurs six ans. Des études conduites en amont depuis 2002 avaient déjà permis de démontrer une corrélation significative entre vie dans le milieu agricole et plus faible prévalence du risque allergique.

Alors que la fréquence des maladies allergiques a considérablement augmenté depuis les dernières décennies du fait de « l’accroissement du niveau d’hygiène et de la diminution des maladies infectieuses et des contacts microbiens dans la petite enfance », comme le rappelle l’Inra dans un communiqué publié le 17 décembre, la consommation de fromage chez les enfants de moins de trois ans apparaît désormais comme une solution.

Un aliment riche en diversité microbienne

D’après cette étude, la consommation de fromage tout type entre 12 et 18 mois permet de diminuer significativement le risque de développer plusieurs maladies : eczéma, allergie alimentaire, rhinite allergique ou encore asthme.

Des études complémentaires permettront de déterminer si la diminution de la sensibilité aux maladies allergiques est due à la diversité et/ou à la fréquence de la consommation de fromage.

Alexandra Courty