En 2015, 5 cas d’encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) ont été détectés chez des bovins d’élevages dans les pays membres de l’Union européenne. Parmi eux, 2 cas, un en Irlande et un en Angleterre, se sont révélés être des cas d’encéphalopathies spongiformes bovines (ESB) indique une étude de l’Efsa (Agence européenne de sécurité sanitaire) publiée le 1er décembre 2016. Le document précise que ces deux animaux sont nés après l’interdiction des farines animales en 2001. Les 5 animaux malades ont été identifiés parmi un échantillon de 1,4 million de bovins.

La tremblante associée à des génotypes spécifiques

Autre EST, la tremblante du mouton a été détectée sur 641 animaux parmi les 319 638 ovins testés. La tremblante a également été diagnostiquée chez 1 052 chèvres sur un échantillon de 135 857 têtes. L’Efsa relève une diminution claire des cas d’EST chez les petits ruminants dans certains pays membres, mais cette tendance ne se vérifie pas au niveau global sur l’ensemble de l’UE.

L’Agence européenne signale que les cas de tremblante chez le mouton se rencontrent uniquement chez les animaux possédant certains génotypes. Ces derniers sont présents chez moins de 20 % du cheptel européen.

T.D.
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

L’offre suffit à satisfaire la demande

Le commerce des bovins de boucherie reste fidèle à celui d’un début de juillet. La demande des abattoirs reste modeste dans l’attente du démarrage de la saison estivale.