« Les pays de l’Union européenne sont exhortés à intensifier les mesures de surveillance et de biosécurité pour se prémunir contre d’éventuels nouveaux foyers épidémiques de grippe aviaire cette année », alerte l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), dans un communiqué publié le 30 septembre 2020. La récente observation du virus chez des oiseaux sauvages et domestiques en Russie et au Kazakhstan est à l’origine de cette alerte. « Cette région est une voie de migration automnale connue pour les oiseaux d’eau sauvages qui se dirigent vers l’Europe », explique l’EFSA.

Migration à risque

D’après le rapport joint au communiqué, sept foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été detectées en Europe entre le 16 mai et le 15 août 2020. Six concernent la Hongrie, et le dernier touche la Bulgarie. Ces foyers sont jugés « secondaires et semblent correspondre à la toute fin de l’épidémie observée chez les volailles au cours de l’hiver et du printemps 2019 en Europe centrale », rassure l’EFSA.

Tous les regards sont désormais tournés vers l’ouest de la Russie et le Kazakhstan, où des oiseaux sauvages et domestiques contaminés ont récemment été identifiés. « Lorsque l’IAHP avait été détectée dans la même région de Russie au cours des étés 2005 et 2016, des épidémies avaient suivi dans le nord et l’est de l’Europe, rappelle l’EFSA. Si le schéma se répète cette année, on s’attend à ce que l’IAHP arrive dans les mêmes régions d’Europe en automne ou en hiver. Une dissémination ultérieure dans les pays du sud et de l’ouest de l’Europe est également possible. » La baisse prochaine et durable des températures dans ces deux pays devrait déclancher la vague migratoire.

Augmenter les mesures de biosécurité

Pour prévenir l’apparition de nouveaux foyers en Europe, le collectif composé par l’EFSA, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et le laboratoire de référence de l’Union européenne pour la grippe aviaire recommande aux Etats membres de prendre des mesures pour détecter rapidement les cas suspects d’influenza aviaire en élevage comme sur les oiseaux sauvages. Les producteurs sont également appelés à « augmenter les mesures de biosécurité dans les élevages avicoles. »

A. Courty