L’Ardèche, l’Indre-et-Loire et le Loiret sont officiellement reconnus comme étant dans une situation épidémiologiquement favorable par rapport à la rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR). Ce changement de statut, officialisé par le ministère de l’Agriculture le 24 septembre 2020, permet un allègement des procédures de dépistage.

L’instruction du ministère vient actualiser celle d’août dernier, qui évoquait déjà le département du Loiret mais également celui des Vosges. Ce dernier a finalement été retiré de la liste. « Ce revirement n’est pas dû à l’apparition de nouveaux cas mais à une interprétation administrative différente entre le département et les instances décisionnelles », indique Vincent Potaufeux, directeur du GDS des Vosges.

Quels critères pour changer de statut ?

D’après l’arrêté modifié du 31 mai 2016 fixant des mesures de prévention, de surveillance et de lutte contre l’IBR, la situation épidémiologiquement favorable est accordée aux zones où :

  • « La prévalence des troupeaux infectés est inférieure à 1 % » ;
  • Ou lorsque « la prévalence des troupeaux infectés est inférieure à 2 % (...) si l’incidence annuelle des troupeaux infectés est inférieure à 0,2 %. »

Les critères varient légèrement pour les régions à faible densité d’élevages. Les 16 départements dont la situation vis-à-vis de l’IBR est épidémiologiquement favorable sont désormais les suivants : l’Ardèche, le Calvados, les Côtes-d’Armor, le Doubs, la Drôme, l’Eure-et-Loir, le Finistère, l’Ille-et-Vilaine, l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, la Haute-Loire, le Loiret, la Manche, le Morbihan et la Moselle.

Alexandra Courty
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Toujours bien orienté

Les tarifs des vaches laitières de réforme continuent de progresser, tandis qu’une stabilisation semble s’opérer pour les allaitantes. Ces niveaux de prix pourraient toutefois devenir un frein à la consommation.