En raison du contexte sanitaire plus que particulier cette année, « de nombreux événements agricoles ont été annulés, souligne Jacques Chazalet, président du Sommet de l’élevage lors d’une conférence de presse le 7 juillet 2020. C’est aussi pour cette raison que le Sommet doit être maintenu. Il sera le siège de la rentrée syndicale, économique et politique des filières d’élevage. » Pour rappel, le salon se tiendra du 7 au 9 octobre 2020 à Cournon-d’Auvergne.

> À lire aussi : Victime du coronavirus, le Space 2020 est annulé (05/05/2020)

1 400 exposants inscrits

Au 7 juillet, 1 400 exposants sont déjà inscrits. Parmi eux figurent 345 sociétés étrangères et 80 nouveaux venus. « Plus de 90 % des exposants ont répondu présent, et on espère encore un rebond commercial d’ici l’automne », précise Fabrice Berthon, commissaire général de l’événement.

En parallèle, le planning des présentations et des concours animaux affiche complet. « Pour certaines races, le Sommet est finalement l’unique occasion d’en faire la promotion cette année, souligne Fabrice Berthon. On a même manqué de place. » 2 000 animaux issus de 70 races seront présentés au public. L’aubrac sera mise à l’honneur, au travers de son concours national et d’une vente aux enchères. Les colloques devraient également se dérouler sans accroc. Une trentaine de conférences sont déjà planifiées sur les trois jours que dure le salon. « L’événement n’est pas du tout dégradé », appuie finalement le commissaire.

Distribution de masques

Cette année, 90 000 visiteurs professionnels sont attendus, contre 96 000 l’an passé. « Nous n’avons pas encore beaucoup de visibilité en ce qui concerne les visiteurs étrangers, note Benoît Delaloy, international manager du Sommet. Mais notre cœur de cible étant l’Europe, le risque est désormais limité. Et nous espérons que d’ici trois mois de nombreuses frontières se seront réouvertes en dehors de l’espace Schengen. »

Pour assurer la sécurité de tous, « des masques seront distribués à l’entrée du site et des stocks seront disponibles sur l’ensemble des stands, précise Fabrice Berthon. En intérieur, son utilisation sera recommandée, voire obligatoire en fonction de la densité de visiteurs. » Ces mesures, mises en place en concertation avec les pouvoirs publics, restent néanmoins évolutives.

A.Courty