Le ministère de l’Agriculture, les organisations professionnelles vétérinaires et agricoles ainsi que les représentants des collectivités ont fait le point, le 28 octobre 2021, sur l’avancée de la feuille de route pour le maintien des vétérinaires dans les territoires ruraux, lancée en 2017. L’occasion de saluer le travail déjà effectué, et d’évoquer les actions en cours et à venir, a résumé le ministère dans un communiqué diffusé le 9 novembre 2021.

À lire aussi notre dossier : Vétérinaires ruraux, réinvestir les campagnes (29/09/2021)

Réalisation de diagnostics territoriaux en 2022

Le Conseil national de l’ordre des vétérinaires et le ministère se donnent l’objectif de réaliser, dans les territoires volontaires, des diagnostics de situation sur l’offre vétérinaire et la demande des élevages, et de déployer des plans d’action pour améliorer la situation, explique le ministère.

Un premier appel à projets financé par le ministère à hauteur de 200 000 euros sera lancé pour éprouver la méthodologie dans 6 territoires au début de 2022. Il devrait être suivi par un deuxième appel à projets à la mi-2022 qui permettra de déployer plus largement l’expérience.

À lire aussi : Vétérinaires, une alarmante désertification des campagnes (20/02/2020)

Poursuite des réflexions sur la contractualisation avec les éleveurs

« Le sujet de la contractualisation [entre éleveurs et vétérinaires] reste une piste de réflexion à approfondir par les acteurs concernés », estime le ministère. L’appel à projets visant à la réalisation de diagnostics territoriaux pourra y contribuer.

Dans ce cadre, le ministère de l’Agriculture soutient financièrement deux thèses d’exercice vétérinaire ayant pour objectif de mettre en évidence les intérêts et freins à cette contractualisation.

La télémédecine pourrait être pérennisée

Un décret du 5 mai 2020 autorise l’expérimentation de la télémédecine sur une durée de 18 mois. Une évaluation de son impact sur le maillage vétérinaire est « en cours de finalisation ». Le dispositif pourrait être pérennisé par un nouveau décret.

Un bilan positif 5 ans après la feuille de route

Depuis la mise en place de la feuille de route en 2017, « de nombreux chantiers ont été engagés […] avec un certain nombre de réalisations concrètes à la clé », s’est félicité le ministère. Sont notamment cités :

Raphaëlle Borget