Le bénéfice net a chuté de 4,1 % en 2018, à 2,35 milliards d’euros, tandis que le chiffre d’affaires stagnait à 24,65 milliards, sous l’effet de taux de change défavorables et d’une campagne de boycott des produits Danone au Maroc, selon un communiqué.

Boycott au Maroc

Au quatrième trimestre, les ventes ont reculé de 2,1 %, avec une chute de 35 % au Maroc, où une campagne contre la « cherté de la vie », visant notamment le lait Danone, accusé de positions hégémoniques, a remporté une large adhésion l’an dernier.

Lancée en avril sur les réseaux sociaux, de manière anonyme, la campagne a obligé Centrale Danone, détenu à 99,68 % par le groupe français, à baisser d’environ 10 % les prix de certaines briques de lait pasteurisé et à créer un « format économique » pour tenter de redresser la barre.

Sur l’ensemble de l’année, Danone estime l’effet de la campagne sur les ventes à «–178 millions d’euros par rapport aux ventes de 2017, provenant à deux tiers d’un manque à gagner sur les ventes de lait et à un tiers d’un manque à gagner sur les produits laitiers ».

Sur la rentabilité, le groupe chiffre le manque à gagner comparé à 2017 à 43 millions d’euros. Cela inclut l’effet des actions de promotion dans le pays pour retrouver la croissance, ajoute Danone.

« Nous retrouvons des parts de marché dans le lait et les produits frais » au Maroc, a assuré la directrice générale des finances, Cécile Cabanis, lors d’une conférence téléphonique. Mais elle ne s’attend pas à un retour de la croissance avant « la fin de l’année ».

La Chine importe moins de lait infantile

Des analystes ont jugé les résultats de la division internationale des produits laitiers « meilleurs que prévu malgré le boycott au Maroc », mais souligné la « léthargie des marchés » de la nutrition spécialisée (produits pour personnes âgées, malades ou bébés).

Le pôle de nutrition spécialisée a vu ses ventes stagner à 7,1 milliards, tiraillé entre la très bonne performance de la nutrition médicale et le recul de la nutrition infantile, plombée par une chute des ventes en Chine, qui représente 30 % des ventes.

La baisse se ralentit cependant en Chine : « Elle était de 10 % au quatrième trimestre au lieu de 20 % au troisième », a assuré la directrice générale des finances du groupe Danone, Cécile Cabanis.

Danone vise, pour 2019, une croissance du chiffre d’affaires autour de 3 % en données comparables et une marge opérationnelle courante supérieure à 15 %, proche de ses résultats en données organiques en 2018.

AFP