« Aujourd’hui, le transport d’animaux vivants est au cœur des débats. Les consommateurs ont besoin d’être rassurés sur leurs conditions d’acheminement et d’allotement ou encore sur l’impact environnemental de notre filière », explique Dominique Truffaut, président de la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB) lors d’un point de presse organisé au Space le 16 septembre 2021.

À partir du pacte sociétal de l’interprofession du bétail et des viandes (Interbev) initié en 2017, la FFCB a travaillé à la conception de sa propre démarche de responsabilité sociétale « Quali négoce, un vif engagement ». « Cette démarche volontaire et non contraignante permet de mettre en avant les bonnes pratiques des négociants en bestiaux », reprend Dominique Truffaut.

Plus de 150 critères

Pour la création de son label, la FFCB a fait appel à un organisme certificateur, Certis. Plus de 150 critères sont pris en compte autour des thématiques de la bientraitance animale et de la biosécurité, du respect de l’environnement, des bonnes conditions de travail des collaborateurs et avec les partenaires. « C’est un outil adapté qui créé la confiance », appuie Vincent Couepel, directeur de l’organisme certificateur Certis.

Les établissements Dagron & Fils et Béchet, tous deux situés en Normandie, sont les deux premières entreprises de négoce de bétail à être certifiées sous le label « Quali négoce ». « Vingt autres entreprises adhérentes ont d’ores et déjà été pré-auditées et sont en cours de certification définitive », apprend Dominique Truffaut.

« Nous sommes conscients que nous traversons une époque charnière pour notre filière. Nous souhaitons montrer aux consommateurs que nous sommes attentifs à leurs demandes et faisons preuve d’une capacité d’adaptation », rapporte le président de la FFCB. Cette certification volontaire permet également de créer un socle commun et de fédérer les négociants privés, selon la FFCB.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La modestie de l’offre stabilise les prix

Les apports modestes conduisent à une stabilisation des cours en vaches allaitantes et en réformes laitières.