657 818échantillons ont été contrôlés au total par les 28 États membres de l’Union européenne dans le cadre de du plan de surveillance de l’Efsa.

« Les données collectées sur la présence de résidus de médicaments vétérinaires et de contaminants chez les animaux et dans les aliments d’origine animale révèlent des taux élevés de conformité avec les niveaux de sécurité recommandés dans l’Union européenne (UE) », assure le dernier rapport de l’Efsa, publié le 31 mars 2020.

« Le pourcentage d’échantillons dépassant les limites maximales était de 0,3 %, rapporte l’autorité sanitaire européenne. Ce chiffre se situe dans l’intervalle compris entre 0,25 % et 0,37 % observé au cours de ces dix dernières années. »

Moins d’antibiotiques

Par rapport aux résultats de 2017, la non-conformité a légèrement augmenté pour les agents antithyroïdiens et les stéroïdes tandis que de sensibles baisses ont été constatées pour les antibactériens et certains autres médicaments vétérinaires tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens, ainsi que certaines substances et contaminants environnementaux (tels que des éléments chimiques ou des mycotoxines).

Lucie Pouchard