C’est une moyenne record pour cette vente de printemps. « Le taureau vendu le plus cher est Objet, porteur du gène culard, né à l’EARL la Porterie (Maine-et-Loire), et adjugé à 7 100 €. Il ira prendre ses fonctions de reproducteur à la SCEA les Herbages de Dangy (Manche). »

« Record des ventes »

Trois autres mâles ont aussi été adjugés à 6 200 €, 5 050 € et 5 000 €, « confirmant le record des ventes pour la rouge des prés. Les profils de taureaux étaient divers sur le plan génétique comme morphologique ».

Cette vente a été l’occasion de présenter les taureaux retenus pour l’insémination artificielle. Comme Ourasi, né dans l’élevage Houdoin, en Mayenne, et Odéon né dans l’élevage Perridy, dans les Deux-Sèvres, dont les doses seront disponibles en testage dès l’automne prochain.

E.R.