Quatre éleveurs de moutons, dont un Italien, ont participé, à distance, le 2 juillet 2020 à la vente aux enchères de béliers suffolks. C’est une première pour une vente de reproducteur ovins. Organisée par l’Organisme de sélection suffolk à Verdilly dans l’Aisne, sur le site de l’Organisation de sélection du Nord (Oson), cette vente a rassemblé autour du ring une centaine de personnes (*), dont 45 étaient munies d’un boîtier pour enchérir.

Six béliers à plus de mille euros

« La vente était dynamique », déclare Martial Tardivon, de Sicafome (Société d’intérêt collectif agricole des foires organisées de Moulins-Engilbert), prestataire pour l’organisation technique de l’événement. La moyenne s’affiche à près de 720 €. Six bêtes ont passé le seuil des 1 000 € et le lot numéro 6 a atteint le record de 1 600 €. « L’animal qui bénéficie d’index complets a aussi une morphologie qui a tapé dans l’œil des acheteurs », observent les organisateurs.

« Nous avons fait beaucoup de publicité pour cette première vente à distance. Le catalogue des animaux, en ligne depuis plusieurs jours, a réalisé mille vues, ajoute Alban Passet, président de l’OS suffolk. Cela explique aussi l’engouement pour la vente. L’arrivée du Covid-19 a accéléré notre choix pour ce type de vente en live auquel nous réfléchissions depuis quelques temps. »

« Tous les acheteurs ont un boîtier »

Pour les acheteurs sur place, ce type de vente implique quelques modifications par rapport à la vente à la palette qui se pratique traditionnellement. « Au lieu d’avoir une palette à la main, les acheteurs ont un boîtier, explique Martial Tardivon. Si bien que personne ne sait qui enchérit. Tout le monde s’adapte très vite à ce fonctionnement. »

L’acheteur en ligne participe en cliquant sur la ligne verte. Il peut observer le passage de l’animal sur le ring en haut à droite. mf.malterre

Le dispositif de vente en ligne de Sicafome est opérationnel depuis le début de l’année. « Depuis vingt-cinq ans, nous avons beaucoup travaillé pour faire évoluer notre équipement, explique Martial Tardivon. Les stations bovines charolaises avaient déjà étrenné la technique en début d’année. »

Le système plaît et, en raison du Covid-19, les candidats pour une telle organisation pourraient se multiplier.

Dans l’immédiat, une vente de béliers charollais par Sicafome est déjà programmée le 7 août 2020 à Charolles (Saône-et-Loire).

M.-F. M.

(*) Une organisation était prévue pour le respect des règles de distanciation.

(**)

Votre analyse du marché - Ovins

Demande en perte de vitesse

La demande en agneaux et brebis ralentit, car après les vacances, les ménages doivent faire face aux dépenses de la rentrée des classes. Les nombreuses promotions (porcs, foires aux vins…) détournent aussi l’attention des consommateurs de la viande d’agneau. Bref, le commerce est plus compliqué.