Nouveau confinement, nouveau scénario. En mars dernier, France Conseil Élevage (FCEL) appelait l’ensemble de ses adhérents à reporter les interventions dans les élevages de ruminants. « Le retard accumulé sur le suivi des élevages et le contrôle de performances a en grande partie été rattrapé cet été », indique Gwenaëlle Gain, directrice de FCEL. Et ce nouveau confinement ne devrait pas changer la donne. « L’activité devrait se maintenir, rassure-t-elle. Les contrôles peuvent continuer, dans le respect des gestes barrières. Certaines prestations de conseil pourront être assurées à distance. »

L’activité des entreprises de sélection et de reproduction devrait également se poursuivre normalement. Mais certains opérateurs prennent les devants, par peur d’un absentéisme encore important dans les mois à venir. Ainsi, une lettre cosignée par Capgènes et FCEL appelle les éleveurs caprins à faire une déclaration précoce des mises-bas de 2020-2021 afin d’anticiper les visites et de ne pas « compromettre la valorisation génétique des lactations. »

Pas de report pour les actes vétérinaires

Du côté des vétérinaires, « aucune restriction ni reports d’actes ne sont envisagés, dans le respect des dispositions sanitaires liées à la Covid-19 », explique Christophe Brard, président de la Société nationale des groupements vétérinaires (SNGTV).

Pour rappel, lors du premier confinement, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) avait classé les visites sanitaires obligatoires, les contrôles en rapport aux chartes sanitaires, le renouvellement du bilan sanitaire d’élevage et les visites annuelles dans le cadre des programmes sanitaires d’élevage comme « non prioritaires » et pouvant être différés. L’Ordre des vétérinaires avait également précisé que « les interventions non urgentes et les chirurgies de convenance » devaient au maximum être reportées. Un tel scénario ne devrait pas se réitérer cet automne.

Ce nouveau confinement pourrait néanmoins conduire davantage de praticiens à rejoindre l’expérimentation nationale sur la télémédecine vétérinaire.

> À lire aussi : Elevage, la télémédecine vétérinaire en expérimentation (07/05/2020)

A. Courty
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le recul de l’offre s’accentue

Dans le domaine des races à viande de qualité, le commerce est très calme face au recul des ventes dans la boucherie traditionnelle, mais les faibles disponibilités se montrent favorables à la fermeté des prix. En réformes laitières, la décapitalisation commence à impacter sérieusement l’activité des industriels de la viande. La concurrence entre les abattoirs joue en faveur de la montée des prix.
Votre analyse du marché - Ovins

Meilleur équilibre entre l’offre et la demande

Les apports sont ralentis. L’équilibre entre l’offre et la demande est meilleur et les tarifs se redressent.