L’arrêté interministériel soumis à consultation publique propose de reconduire l’expérimentation de 2019 sur toute l’année 2020. Le niveau des autorisations de prélèvements restera à 17 % de la population de loups, au lieu de 10 % précédemment.

Cliquez ici pour donner votre avis sur cet arrêté

Des tirs supplémentaires possibles

Si le plafond est atteint avant le 31 décembre 2020, la possibilité d’aller jusqu’à un taux de 19 % est ouverte, pour permettre la protection des troupeaux. Comment ? Avec des tirs de défense (simple, mixte ou renforcée) ainsi que des tirs de prélèvement simple dans le cercle 0, dans les zones difficilement protégeables et les communes de cercle 1.

« L’application de l’arrêté sera susceptible d’être revue et adaptée si c’est nécessaire, sur la base notamment de l’évaluation de la dynamique et du niveau de population dont les résultats seront publiés en juin 2020 », précise le ministère de l’Ecologie dans l’introduction.

Veille à la protection des troupeaux

Le préfet coordonnateur est chargé de mettre en place des mesures de gestion des tirs, notamment afin de contenir le nombre de loups tués avant la montée en estive, tout en veillant à la protection des troupeaux, avec une adaptation fine des opérations de tirs en fonction de la pression de prédation.

À lire aussi : Un nouveau cadre de protection contre les grands prédateurs (05/12/2019)

Les principaux éléments de l’arrêté :

  • Le cercle 0. Il est constitué par les communes qui ont fait l’objet d’un nombre d’attaques supérieur ou égal à 15 par an en moyenne sur la période de 2016 à 2018.
  • Le tir de défense mixte. Cette nouvelle catégorie est proposée en cercle 0 et dans les zones difficilement protégeables situées dans certains fronts de colonisation. Ce tir pourra comprendre jusqu’à 3 tireurs.
  • Une fois le plafond atteint, l’utilisation de dispositifs de repérage utilisant la technologie d’amplification de lumière ou la détection thermique sera réservée au cercle 0 et les zones difficilement protégeables.
  • Les opérations de tirs de défense renforcée sont définies après avis technique de l’Office français de la biodiversité (OFB) ou d’un lieutenant de louveterie et non plus en présence de ces agents.
  • Les tirs de prélèvements simples seront réalisables dès le 1er juillet 2020 dans les cercles 0 et dans les zones difficilement protégeables. Ils pourront aussi être utilisés dès juillet dans les communes en cercle 1 si certaines conditions sont réunies.
  • Pour les tirs de prélèvement, les dispositifs de repérage utilisant la technologie d’amplification de lumière ou la détection thermique pourront être utilisés par les chasseurs habilités en l’absence d’un lieutenant de louveterie ou d’un agent de l’OFB.

L’évaluation de l’efficacité de l’expérimentation sera confiée au préfet coordonnateur du plan national d’action sur le loup et les activités d’élevage.

M.-F. Malterre