Inédit. Accompagné par l’Agence de la transition écologique (Ademe), le réseau « Invitation à la ferme » a développé un nouvel outil permettant d’estimer le coût carbone d’un yaourt nature produit sur la ferme. Ce résultat, bien spécifique à une exploitation et comparé à l’empreinte carbone d’un yaourt industriel, sera affiché sur l’emballage du produit.

Le lancement est prévu pour le début de 2021 au plus tard, avec 3 des 41 fermes bio du réseau. Mais la démarche devrait vite s’étendre aux autres membres du réseau, et toucher l’ensemble des produits fermiers : ultra-frais, glaces et fromages à base de lait de vache, de chèvre et de brebis.

De « savants » calculs

L’outil d’évaluation créé pour l’occasion se nomme le « Laitcolo-score ». Le diagnostic CAP’2ER, utilisé dans le cadre de La ferme laitière bas carbone, évalue le bilan carbone individuel de chaque ferme.

D’après Corinne Charote, responsable du marketing et de la communication du réseau « Invitation à la ferme », « l’ensemble des fermes disposant d’un atelier de transformation en fonctionnement auront leur évaluation CAP’2ER d’ici à juin 2021. »

En complément, un kit d’évaluation « permet de calculer, par ferme et par produit, l’impact environnemental de la transformation du lait jusqu’à la livraison du produit dans les points de vente », indique le réseau dans un communiqué diffusé le 7 décembre.

À lire aussi : Rémunération, 391 éleveurs de bovins se lancent sur le marché du carbone (06/03/2020)

Si l’étiquetage apposé sur les produits, et/ou détaillé sur le site internet des membres du réseau, ne concernera que les émissions carbone, le Laitcolo-score « permet d’obtenir notre impact environnemental multifactoriel qui prend en compte notre impact en dioxyde de carbone (CO2), mais aussi l’eutrophisation marine et en eaux douces, l’utilisation de l’eau, l’acidification de l’air, l’utilisation des ressources minérales et fossiles, l’appauvrissement de la couche d’ozone, etc. Rien n’est laissé au hasard ! », précise le communiqué.

Une empreinte inférieure de 31 %

D’après les premières estimations, « la moyenne Invitation à la Ferme, sur 3 fermes types, est de 1,65 kg CO2 éq/kg de produit contre 2,41 pour un yaourt industriel (référentiel Agribalyse), soit une baisse de 31 % », calcule le réseau. Ces résultats ne prennent pas en compte le stockage de carbone.

« L’un des objectifs de cette démarche est de nous challenger, de nous comparer et d’identifier des marges de progression, indique Corinne Charote. Si en plus cela peut faire bouger les lignes et encourager certains industriels à suivre le mouvement, ou du moins à trouver des leviers pour améliorer leur empreinte carbone, alors c’est gagné. »

Alexandra Courty