Les douanes chinoises ont commencé ces dernières semaines à interdire l’importation de fromages à pâte molle ou persillée, dont le camembert, le brie et le roquefort. Si la consommation de produits laitiers augmente fortement en Chine, le fromage y reste un produit principalement consommé par une clientèle étrangère.

Révision des normes

L’interdiction chinoise d’importer certains fromages français devrait se régler dans les mois à venir, a estimé Patrick Dehaumont, le directeur général de la DGAL (1) ce 12 septembre 2017 à Rennes (Ille-et-Vilaine). « Plusieurs rencontres sont programmées et c’est une question qui se réglera par le dialogue et l’échange », a-t-il déclaré, en marge de l’ouverture du Space inauguré par Stéphane Travert.

« La Chine a connu beaucoup d’accidents sanitaires par le passé, poursuit-il. Elle est en train de réformer ses normes. Les Chinois se sont intéressés aux ferments et ils commencent à définir de nouvelles règles. » La France a noué « beaucoup de partenariats » sur ces questions sanitaires avec la Chine, « avec laquelle nous avons engagé un travail assez étroit ».

Des rencontres régulières

D’où des rencontres régulières pour faire le point sur les projets en cours et les éventuels blocages, comme la question des fromages. Un séminaire avec les autorités chinoises, organisé par l’ambassade de France à Pékin, se tiendra à la fin de septembre sur les questions sanitaires et alimentaires, en présence notamment de représentants de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation).

Un comité mixte franco-chinois est aussi prévu à la fin de novembre pour faire le point sur les projets et les blocages en cours, ainsi qu’ensuite, une nouvelle réunion de haut niveau, a énuméré Patrick Dehaumont. Quant au ministre de l’Agriculture, « il se rendra l’an prochain en Chine pour rencontrer ses homologues », des rencontres politiques qui permettent de lever des blocages.

Des « sujets chauds »

Aucune réunion spécifique n’est prévue sur cette question des importations de fromages « mais ça fait partie des sujets chauds. D’où l’importance d’avoir ces échanges réguliers [avec la Chine]. C’est une opportunité » pour surmonter les blocages, a estimé Patrick Dehaumont, rappelant qu’« en Chine, on travaille sur le temps long ».

Les douanes chinoises ont commencé ces dernières semaines à interdire l’importation de fromages à pâte molle ou persillée, dont le camembert, le brie et le roquefort. Si la consommation de produits laitiers a fortement augmenté en Chine ces dernières décennies, le fromage y reste un produit principalement consommé par une clientèle étrangère.

AFP

(1) Direction générale de l’alimentation.