Tour d’horizon. D’après les données issues de l’observatoire mensuel du prix du lait réalisé par la revue L’Éleveur laitier, « les augmentations obtenues des grandes et moyennes surfaces (GMS) sur le marché des produits de grande consommation (PGC France) ont eu un rôle majeur dans la hausse du prix en 2019 », explique Jean-Michel Vocoret, le rédacteur en chef du mensuel. Si Savencia semble avoir profité de cette opportunité, les laiteries françaises « n’ont pas toutes été logées à la même enseigne. »

> Retrouvez l’observatoire du prix du lait sur Les Pros du lait

Un contexte favorable à Savencia

« Avec, dans ses 44 % de PGC France, 84 % de marques nationales contre seulement 10 % de marques de distributeur et 6 % de restauration hors foyer, Savencia a joué dans un contexte favorable », estime Jean-Michel Vocoret, dans le numéro de février de L’Éleveur laitier.

Les producteurs livreurs Savencia ont en moyenne vu leur prix en 2019 bondir de 20 €/1 000 litres sur un an. Il atteint ainsi 366 €/1 000 litres pour l’organisation de producteurs (OP) Cleps dans l’Ouest et 372 €/1 000 litres du côté de l’APLBG dans l’Est (lait 42/33 de qualité super A, primes et ristournes incluses). « Alors que le prix de Savencia, ces cinq dernières années, s’était rapproché de celui de ses deux challengers, il reprend le large. » Dans le grand Ouest, l’écart moyen avec Sodiaal et Lactalis monte désormais à 13 et 12 €/1 000 litres.

Les évolutions du prix du lait sont deux fois moins importantes chez les géants du secteur : de l’ordre de +9 €/1 000 litres chez Lactalis et +8,5 €/1 000 litres pour Sodiaal.

La Prospérité fermière et Saint-Père s’envolent

La marque « Les éleveurs vous disent merci » a largement contribué à la progression du prix du lait de la laiterie Saint-Père de 36,7 €/1 000 litres en 2019. Le prix moyen perçu par ses adhérents tutoie désormais les 393 €/1 000 litres.

La hausse des prix atteint 30 €/1 000 litres du côté de la Prospérité fermière, et ce « malgré » un mix-produit composé à plus de 90 % de produits industriels. Les sociétaires de la coopérative ont en moyenne touché 361 €/1 000 litres l’an passé.

Bel et Isigny-Sainte-Mère, dans le haut du panier de l’observatoire, parviennent encore à grappiller quelques euros, respectivement 5 et 9 €/1 000 litres. Ce renchérissement place le prix du lait moyen des deux structures à 387 et 407 €/1 000 litres sur 2019.

Lancement de l’observatoire sur le lait bio

Le lait bio fait son entrée dans l’observatoire des Pros du lait. Sur 2019, Biolait et Danone se détachent du lot « avec des prix relativement bas pour le premier et élevés pour le second », note le mensuel spécialisé. L’écart se chiffre à 45 €/1 000 litres entre les deux laiteries. Coûts de collecte plus élevés chez Biolait et saisonnalité lissée pour Danone expliquent en partie ce résultat.

A. Courty