Toujours pas d’accord trouvé sur le prix du quatrième trimestre entre Lactalis et ses producteurs. Alors que les négociations du 31 octobre dernier s’étaient soldées par un échec, l’Unell a cette fois décidé d’annuler la rencontre sur le « prix du lait » initialement prévue hier, le mercredi 29 novembre 2017, avec Lactalis. « Il s’agit de dénoncer le comportement de la laiterie, dont le prix du lait découle d’un strict calage avec celui de l’entreprise la moins-disante de la filière laitière française », indique le communiqué.

« Prendre en compte le marché intérieur »

Selon Claude Bonnet, président de l’Unell, « la formule de prix actuelle pose un problème. Les ajustements sont permanents et nous, producteurs, avons du mal à peser dans les négociations. La solution passe nécessairement par la mise en place d’une nouvelle formule. » Claude Bonnet propose de « quantifier le marché intérieur et l’intégrer dans la formule de prix, pour être au plus près de la valorisation réelle du lait ».

« 327 €/1 000 l depuis le début d’octobre »

Le président de l’Unell réaffirme sa volonté d’obtenir un prix de base moyen de 320 €/1 000 l pour l’année 2017. « Pour y arriver, il nous faudrait un prix de base de 340 €/1 000 l sur le quatrième trimestre. Or, nous ne sommes en moyenne qu’à 327 €/1 000 l depuis le début du mois d’octobre. » Pour rappel, l’Unell et Lactalis s’étaient mis d’accord sur un prix de 330 €/1 000 l pour le troisième trimestre de 2017.

La prochaine rencontre avec Lactalis est prévue à la mi-décembre. « Il sera question de la formule de prix, précise Claude Bonnet. Mais nous souhaitons également faire valoir la logique voulue par les États-généraux de l’alimentation : inverser la logique de construction du prix et partager la valeur entre acteurs de la filière. »

V. Gu.