Alors qu’Intermarché annonçait 340 €/1 000 l pour ses producteurs la semaine passée, E. Leclerc lui emboîte le pas. Dans un communiqué du 30 juin 2017, l’enseigne annonce que « les éleveurs laitiers fournissant le lait de ses briques et bouteilles de lait Délisse (1) de Marque Repère percevront 350 €/1 000 l quelles que soient les fluctuations du marché ».

Concrètement, E. Leclerc se basera sur les indicateurs de prix de FranceAgriMer et compensera les écarts « à chaque fois que les cours du lait n’atteindront pas ce niveau de 350 €/1 000 l ». L’enseigne indique également qu’elle sera « attentive à ce que ces sommes, versées par l’intermédiaire des transformateurs en fin d’année, soient intégralement rendues aux éleveurs fournissant le lait Délisse ».

« Dans l’attente des mesures de régulation »

Jean-François Huet, président de la commission des enjeux agricoles chez E. Leclerc, précise que cet engagement jusqu’à la fin de l’année 2017 s’établit « le temps que l’État français propose le cadre économique et réglementaire sécurisé qui favorisera l’amélioration durable de la situation des éleveurs ».

Sur son blog, Michel-Edouard Leclerc, PDG de l’enseigne, estime que « ces initiatives ne sauraient dédouaner ni l’État, qui doit reconstruire un cadre plus pérenne pour agir concrètement sur les marchés, ni les producteurs, qui doivent dire comment ils souhaitent s’organiser pour faire cohabiter sur des marchés de plus en plus concurrentiels et volatiles, des modèles de production diversifiés ».

Il rappelle également l’échéance des États-généraux de l’alimentation, que l’enseigne E. Leclerc abordera « avec une vraie volonté de responsabilité et d’ouverture ».

V. Gu.

(1) 4 références de lait demi-écrémé, 2 références de lait écrémé et 2 références de lait entier. La mesure de prix annoncée concerne uniquement ces produits.