« Le contexte devrait pourtant être favorable à une hausse du prix du lait, avec une collecte en recul en raison de la sécheresse, et un cours du beurre qui pourrait grimper », s’interroge Ludovic Blin, président de la section laitière de la Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de la Normandie. Pourtant, le prix du lait annoncé par Agrial pour septembre « décroche ».

« Sodiaal a annoncé 340 €/1 000 l en septembre, et Lactalis un bon 330 €, rapporte Ludovic Blin. Nous ne comprenons pas pourquoi Agrial est en tel décalage. C’est d’autant plus étonnant venant d’une coopérative. » Une rencontre est prévue ce lundi 3 septembre 2018 dans la soirée, en présence du syndicat et de Pascal Le Brun, président d’Eurial, la branche laitière d’Agrial.

Des transformateurs en « stand-by »

Plus largement, le syndicaliste dénonce « des États-généraux de l’alimentation qui sont loin de leurs objectifs. On annonce la mise à disposition d’indicateurs, alors que rien n’obligera les acteurs de la filière à les utiliser. En ce sens, le projet de loi est incomplet. Dans les discussions à l’interprofession, le collège des transformateurs est en “stand-by” et bloque les discussions. »

Ludovic Blin estime enfin qu’« un coup de pouce est nécessaire dans les campagnes. Les charges sont toujours là et le prix du lait n’évolue pas. Si Agrial reste sur cette tendance d’ici à la fin de l’année, ses producteurs pourraient accuser un prix du lait en recul par rapport à 2017. »

V. Gu.