La baisse du prix du lait observée en Europe depuis le début de l’année se confirme pour les producteurs de Lactalis. Ils seront payés 308,80 €/1000 litres de lait standard (TB : 38 ; TP : 32) en mars 2018, faisant « suite à un accord avec les principales organisations de producteurs ». C’est un recul de 11,20 €/1 000 litres, soit 3,5 %, par rapport aux mois de janvier et février.

« Chercher de la valeur sur les marques de distributeurs »

Selon l’industriel, ce niveau de prix s’appuie sur « une valorisation cible des PGC (1) France équivalente à un prix du lait de 340 €/1 000 litres, supérieure aux niveaux réels des hausses tarifaires concédées par la grande distribution au terme des négociations commerciales, closes depuis le 1er mars 2018 ».

Pour Claude Bonnet, président de l’Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (Unell), « cette valorisation de 340 €/1 000 litres sur le marché intérieur reste un objectif minimum. Lactalis s’est engagé à nous fournir le prix obtenu pour les marques nationales le mois prochain. Par ailleurs, il y a encore de la valeur à aller chercher sur les produits de marque de distributeur. Lactalis en fait beaucoup, et les négociations sont plus fréquentes ».

Une nouvelle formule de prix depuis janvier

Car la formule du prix du lait utilisée depuis le début de l’année semble faire la part belle au marché national. « Depuis janvier 2018, nous avons abandonné l’ancienne formule. Le prix se base désormais à 50 % sur les PGC France, 20 % sur les exportations (prix allemand), et 30 % sur les produits industriels, indique Claude Bonnet. C’est sur ce dernier volet que nous sommes en difficulté pour le mois de mars. La valorisation beurre-poudre est passée de 290 €/1 000 litres en janvier à 254,80 € en février. »

Cette nouvelle formule pourrait préfigurer celle prévue dans le futur accord-cadre entre l’Unell et Lactalis. « Les indicateurs du marché intérieur promis dans le plan de filière pour le lait pourraient la renforcer, précise Claude Bonnet. Une intégration du coût de production sur tout ou partie du prix du lait est également envisagée, a minima sur les volumes valorisés en France. »

V. Gu.

(1) Produits de grande consommation.