Dès sa publication, la FNSEA, FNO (Fédération nationale ovine) et l’APCA (chambres d’agriculture) ont demandé à l’État « de reprendre ses esprits et de donner toute latitude au préfet coordonnateur du plan et aux préfets des départements pour garantir, pour tous les éleveurs, sur tous les territoires « Zéro attaque des troupeaux ».

Les professionnels s’estiment bafoués. « Les décideurs politiques font le choix de l’ensauvagement des territoires au détriment des activités humaines […] », indiquent-ils dans leur communiqué de presse.

De leurs côtés, les ministères indiquent qu’ils ont recueilli 5 700 contributions pendant la consultation publique du plan entre le 8 et le 29 janvier 2018. Ils déclarent avoir effectué quelques ajustements précisant que 75 % des témoignages insistent sur l’importance de la préservation du loup tandis que 25 % soutiennent l’élevage face à la prédation.

La prise en compte de la détresse des éleveurs

Les ajouts concernent l’évolution du suivi de la population de loup pour laquelle il prévoit de mobiliser « une expertise de haut niveau en appui à l’ONCFS ». « Cette expertise sera également chargée d’objectiver le phénomène d’hybridation, à partir des données scientifiques disponibles. » Une autre action concernera la prise en compte de la détresse des éleveurs par un travail de conventionnement avec les assurances (MSA). Un repérage des chiens errants devrait être mis en place également.

Pour les associations environnementales France Nature Environnement, LPO, WWF et Férus, « le loup est à nouveau victime du manque de courage politique ». Selon elles, les prélèvements de loups réalisés sont inefficaces et contre-productifs en raison de l’éclatement des meutes. Les associations ne sont pas en reste de propositions. Celles-ci visent combiner : « Le renforcement des moyens de protection, les expérimentations sur l’adaptation de la conduite des troupeaux en présence du loup pour réduire leur vulnérabilité et le développement de recherches opérationnelles destinées à mieux prévenir les attaques. »

M.-F.M.