Mercredi 6 mai 2020 à 8 heures du matin, Gérard Challier, éleveur à Arzenc-de-Randon, a retrouvé un veau mort dans son pré. Âgé de 2 mois et pesant 150 kg, l’animal portait les marques typiques de l’attaque du loup : corps éventré, seul le cœur, le foie, les poumons et les testicules étaient mangés. Selon Alain Pouget, le président de la Coordination rurale de l’Occitanie...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
error: ContentHttpServletRequest:/eom/SysConfig/MPS/FA.fr/jpt/leaves/article/article_container.jpt
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Veaux

Tensions sur les veaux croisés