Nicolas Fleurot, exploitant à Fougerolles, a expliqué à France 3 Bourgogne-Franche-Comté l’enfer qu’il a vécu au cours de ces derniers jours à cause des attaques de loups. L’un de ses veaux a été dépecé dans sa stabulation.

La fréquence des attaques s’est accélérée depuis la fin d’août. Les éleveurs sont démunis. Les attaques ont lieu presque tous les jours. Depuis le 26 août dans le secteur de Fougerolles, 18 brebis et 6 bovins, dont une génisse de 200 kg, ont déjà été tués par le prédateur.

À lire aussi : Pastoralisme, qui pour effaroucher les ours ? (11/09/2020)

Tir de défense simple accordé

« Deux éleveurs sont surtout concernés, révèle Emmanuel Aebischler, le président de la FDSEA. Compte tenu de l’impossibilité de mettre en place les moyens de protection sur les troupeaux de bovins, un tir de défense simple a été accordé. Nous ne sommes pas contre le loup. Mais nous ne voulons pas que nos animaux soient dévorés. »

> À lire aussi : Une brebis dévorée par des sangliers ? (08/09/2020)

Marie-France Malterre