Le premier arrêté propose de relever le seuil de prélèvement d’ici au 30 juin 2017. Il prévoit la mise en œuvre des seuls tirs de défense ou de défense renforcée. Deux loups pourront être ainsi prélevés, sur autorisation des préfets. Cet arrêté n’entrera en vigueur que si le plafond de 36 loups détruits est atteint. Le second texte, prévoyant le prélèvement de 2 loups supplémentaires, n’entrera lui en vigueur que si le seuil des 38 loups est atteint.

Assurer la protection des troupeaux au printemps

Ces arrêtés visent à « permettre la protection des troupeaux pendant la montée en estive au printemps 2017 et d’assurer la défense des troupeaux qui restent au pâturage tout au long de l’année ». Pour autant, « les possibilités de stagnation ou de croissance de la population lupine restent positives », indique le ministère.

Aujourd’hui, 33 loups ont été prélevés pour la période 2016-2017 et depuis le 19 novembre 2016, les préfets ont suspendu toutes les autorisations de tirs de prélèvement, comme le prévoyait l’arrêté du 5 juillet 2016. Si le plafond de 36 loups était atteint, toutes les autorisations seraient suspendues.

7 000 commentaires

Le 7 février 2017, le site du ministère avait reçu plus de 3 000 commentaires. Une réunion du Comité national loup était prévue ce matin, mais elle a été annulée hier.

M.-F. Malterre