Xavier Doublet a précisé l’évolution des principales mesures concernant la gestion du prédateur au sujet du quota de prélèvement qui devrait passer à 17-19 % de la population de loups et les demandes de tirs qui devraient être assouplies.

Attaques sur bovins

« Quant au parc national des Cévennes, la question se répète concernant l’application de ces différentes mesures, précise JA et la FDSEA. D’après l’État, aucune décision n’est encore tranchée. »

Les militants ont toutefois indiqué qu’ils exigeaient « une simple équité des territoires face à la prédation. Ils ont alerté aussi sur la question des bovins. Sur 32 attaques en 2018, la responsabilité du loup n’a été reconnue officiellement que dans deux cas.

« Pour nous il ne s’agit pas d’une nouveauté, cela fait de nombreuses années que l’on déplore cette situation ! indiquent les syndicats. Les constats ne sont pas adaptés à la réalité des tueries sur les bovins. »

Les éleveurs constatent que les troupeaux d’ovins disparaissent au profit des troupeaux de bovins et craignent que les attaques de veaux ne deviennent systématiques. « Demain les agriculteurs mettront leur vie en danger pour gérer des troupeaux de bovins qui auront subi une attaque », s’inquiètent JA et la FDSEA.

Des constats plus fiables

Xavier Doublet aurait assuré les militants que la fiabilité des constats serait renforcée. Ce que les syndicalistes entendent bien vérifier prochainement.