Gérard Landrieu, le maire de Prévenchères, est désemparé face à une nouvelle attaque de loup qui a eu lieu ce mercredi matin à 200 m de son bureau. Une brebis a été tuée, mais les troupeaux sont dispersés et mélangés. Le maire a déjà pris des arrêtés municipaux pour l’élimination des loups par le passé et maintenant, il réfléchit pour revenir à la charge.

« Je ne peux pas accepter de rester impuissant, explique l’élu. L’État est ficelé dans ces contradictions. Mais ici nous sommes concrètement face au désespoir de jeunes éleveurs qui sont obligés de redescendre de l’estive précocement à cause des attaques. Cela leur coûte d’affourrager sur le siège de l’exploitation et en plus, ils continuent de subir les attaques. »

Olivier Maurin, coprésident de la Fédération nationale pour la défense du pastoralisme (FNDP), envisage aussi des mesures chocs. « Si une nouvelle attaque a lieu, nous bloquerons tout le département. »

M.-F. M.