Le palier de 43 loups tués depuis le 1er janvier 2018 est atteint depuis la mi-octobre et un nouvel arrêté fixe la poursuite des tirs de défense (simple et renforcée) dans la limite de 8 spécimens. Cela correspond à 2 % de l’effectif moyen des 430 loups estimé à l’issue du suivi hivernal 2017-2018 de la population de loups.

« La situation reste insupportable pour de nombreux éleveurs situés dans les foyers d’attaques », souligne Thomas Vernay, de la Confédération paysanne, qui regrette l’absence d’informations concernant les secteurs d’intervention de la brigade loup.

Hausse de 16 % du nombre de meutes pendant l’été

Pourtant les zones en attente du soutien de la brigade sont de plus en plus importantes. L’arrêté signale l’augmentation « significative » du nombre de meutes de l’ordre de 16 %, selon les résultats encore provisoires du suivi estival.

M.-F. M.