Les éleveurs les plus impactés par les dégâts des loups ne sont majoritairement pas les mêmes d’une année sur l’autre. Tel est le résultat d’une étude conduite par les chercheurs (CNRS, Cerpam, Institut Agro Montpellier, Inrae et Drass) en France, d’après les données de la base nationale Géoloup.

Analyse statistique

L’analyse statistique des attaques, recensées par les services de l’État, met en avant le fait que chaque année ce sont bien entre 10 et 15 % des éleveurs qui concentrent la moitié des attaques constatées au cours d’une même année.

En revanche, la majorité d’entre eux ne figurent qu’une année ou deux, en dix ans, parmi les éleveurs concentrant les attaques de loups en France.

Autrement dit, « le travail des chercheurs conteste l’affirmation souvent entendue », selon laquelle « seule une petite partie des éleveurs concentre la majorité des attaques de loups », insiste Claude Font, en charge de la prédation à la Fédération nationale ovine.

> À lire aussi : 12 500 brebis dévorées par les loups en 2019 (14/01/2020)

M.-F. M.