Les deux entreprises ont profité du salon international de l’agriculture pour annoncer ce lancement. Pendant deux ans, elles ont travaillé « pour établir un cahier des charges ambitieux. Trois axes sont visés : santé et alimentation, bien-être animal et développement durable afin de garantir des produits de qualité et une production plus responsable. C’est la première gamme de charcuterie issue de poulets élevés sans antibiotiques. »

Dix éleveurs

Ces dix éleveurs de Loire-Atlantique, Deux-Sèvres, Maine-et-Loire et Vendée fourniront 450 000 poulets en 2017, nourris sans OGM (1) et élevés sans antibiotiques. Terrena poursuit ainsi le développement de sa démarche La Nouvelle Agriculture. « Les poulets sont alimentés selon le cahier des charges Bleu Blanc Cœur. Conseillés par le CIWF, les éleveurs de La Nouvelle Agriculture travaillent à mieux prendre en compte les besoins de l’animal dans les élevages : réduire la densité de 20 %, favoriser le comportement naturel… »

Du côté du salaisonnier, cette gamme « J’Aime le poulet » est dans la continuité de celle lancée en septembre 2015 dans la filière porcine. « Cette dernière rencontre un vrai succès en séduisant déjà 2 millions de ménages et en représentant 25 % des volumes de la charcuterie sans antibiotiques. La gamme « J’Aime » représentera environ 20 % des volumes de Fleury Michon d’ici à 5 ans. »

(1) Sans OGM < 0,9 %