« En mars 2020, les abattages de porcins reculent de 3,5 % en poids par rapport au niveau élevé de mars 2019. Ils sont également inférieurs de 1,2 % à la moyenne sur cinq ans, conséquence de la baisse de prolificité des truies due aux épisodes de canicule de l’été 2019 », rapporte Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans une note de conjoncture publiée le 30 avril 2020.

Les mesures de confinement décidées à la mi-mars pour lutter contre l’épidémie de coronavirus Covid-19 ont provoqué « une hausse temporaire d’achat de produits carnés et une modification des habitudes alimentaires. […] Les produits porcins des commerces de détail sont fortement plébiscités, comme le jambon, en comparaison des pièces destinées à la restauration hors domicile, comme l’épaule. »

Des exportations stables

Sur le plan commercial, en février 2020, les exportations françaises de viande porcine progressent sensiblement en volume sur un an (+0,5 %). L’augmentation des ventes vers les pays tiers s’établit à 3,4 %. Les envois vers la Chine, en « hausse plus modérée », progressent de 36 % par rapport à février 2019. « Depuis janvier, les difficultés de logistique portuaire et de diminution de personnel liées au Covid-19 en Chine perturbent les échanges commerciaux », précise Agreste.

> À lire aussi : Viande porcine, le Covid-19 perturbe l’ensemble des marchés mondiaux (22/04/2020)

Les ventes à destination des pays de l’Union européenne reculent sensiblement de 0,5 % sur un an. « Compte tenu des volumes exportés en février 2019, notamment à destination de l’Espagne, la stabilité des exportations vers l’Union européenne est relative. Les ventes vers l’Union européenne restent ainsi supérieures de 7,5 % à celles de la moyenne sur cinq ans. »

En parallèle, les importations françaises augmentent de 1,8 % en volume sur un an, et de 3,3 % en provenance de l’Union européenne. « Les achats sont en hausse, notamment en provenance de l’Allemagne pour la viande porcine (+23 %) et des différents pays européens pour la graisse de porc (+43 %) », souligne Agreste.

V. Gu.