« La réactivité des fabricants d’aliment se fait attendre », gronde le syndicalisme majoritaire des Pays de la Loire, dans un communiqué publié le 8 avril 2019.

« À l’été 2018, face à une augmentation du prix des matières premières, les fabricants d’aliment avaient su faire preuve d’une grande réactivité pour répercuter à la hausse sur le coût de l’aliment, rapportent les organisations syndicales. Le prix des céréales est aujourd’hui en baisse de 25 €/t par rapport à l’été 2018. […] On pourrait donc penser que dans cette même logique, son prix [de l’aliment, NDLR] devrait enregistrer une baisse. Il n’en est rien. »

« 70 % du coût de production »

Selon la FRSEA et JA, en 2018, « le prix du porc payé aux éleveurs en France n’a pas couvert le coût de revient. Le prix actuel couvre tout juste les coûts de production, affichés à 1,52 €/kg ». Les syndicats soulignent également que « l’alimentation a un fort impact sur le coût de production puisqu’elle en représente près de 70 %.

V. Gu.