Production. De janvier à avril 2017, la production a reculé de 6 % par rapport à la même période en 2016, selon la note d’Infos rapides publiée par le ministère de l’Agriculture.

Abattages. En mai 2017, les abattages de porcins sont en baisse de 1,1 % en têtes et quasi stables en poids, par rapport à 2016. Depuis le début de 2017, ils se réduisent de 4,1 % en têtes et de 4,5 % en tonnage (tonnes-équivalent carcasse, tec).

Commerce extérieur. « En avril, les exportations de viande porcine se rétractent de 15 % en glissement annuel, soit 7 800 tec de moins qu’en avril 2016 : 2 200 tec de moins vers l’Union européenne et 5 600 de moins vers les pays tiers, détaille Agreste. Le repli est de 5 300 tec vers la Chine, mais les envois vers ce pays sont tout de même de 1 500 tec plus élevés qu’en avril 2015. »

Dans le même temps, les importations fléchissent de 14 %, soit 6 600 tec de moins. Le plus fort repli concerne l’Espagne, avec 3 000 tec achetées en moins. Résultat de ces évolutions parallèles, le solde du commerce extérieur est quasi à l’équilibre. En avril, il est même est positif en volume, à +3 900 tec.

Prix. En mai, le prix du porc charcutier (classe E + S) progresse de 24 % en glissement annuel et de 13 % par rapport à celui de la moyenne quinquennale de 2012 à 2016. « La vitalité du cours profite du bon niveau des exportations françaises et européennes vers la Chine, dans un contexte d’offre européenne en réduction », souligne Agreste.

De son côté, le prix de l’aliment pour porcins d’avril est quasi stable par rapport à avril 2016 et en repli de 11 % par rapport à la moyenne quinquennale de 2012 à 2016.