Derrière ce chiffre se cache un pays : la Chine. Les exportations de l’Union européenne vers l’empire du Milieu sur les neuf premiers mois de l’année dégringolent de 30,5 % par rapport à 2016. C’est-à-dire 447 000 t. Il faut dire qu’en 2016, ce pays a importé des volumes records.

Le trou d’air chinois

Sur les autres destinations, les volumes écoulés progressent : de 82 000 t de janvier à septembre. Et en particulier vers les États-Unis (117 949 t, +28,6 %), les Philippines (186 929 t, +15,8 %), la Corée du Sud (198 992 t, +14,1 %) et le Japon (318 902 t, +6,6 %).

Sur le seul mois de septembre, l’Union européenne a exporté 321 962 t hors de ses frontières. C’est 6,14 % de moins que l’an passé. Septembre reste toutefois le troisième meilleur mois de 2017 après janvier et de mars.

« Les volumes exportés vers la Chine s’accroissent mois après mois : 121 311 t en septembre 2017, souligne le MPB. Comparé à septembre 2016, cela représente 22 104 t de moins. » Les États-Unis aussi voient leurs ventes en Chine reculer en septembre. Seul le Canada semble un peu plus présent.