« Transformateurs et distributeurs doivent respecter leurs engagements de valorisation du porc Français, conformément aux Etats-généraux de l’alimentation », affirme le Comité régional porcin (CRP) de Bretagne, dans un communiqué publié mercredi 23 septembre 2020.

Alors que l’arrivée de la peste porcine africaine (PPA) en Allemagne a fait chuter les prix outre-Rhin, l’organisation représentant l’amont de la filière porcine craint que les acteurs de l’aval « fassent le pari de la spéculation baissière du prix du porc à court terme, par des importations massives. »

> À lire aussi : Peste porcine africaine, l’Asie ferme ses portes aux porcs allemands (14/09/2020)

Contrôles de l’origine dans les rayons

Dans une note publiée le 21 septembre 2020, le Marché du porc breton (MPB) rapporte d’ores et déjà « des fortes baisses de prix en Europe du nord, suite à la confirmation de la baisse du cours allemand de la fin de semaine 37 ».

Pour s’assurer de l’approvisionnement des acteurs de l’aval en viande de porc français, certains syndicats agricoles ont promis des opérations de vérification de l’origine dans les magasins. Une démarche « saluée » par le CRP, qui estime qu’elle vise à « s’assurer de la cohérence entre discours et pratiques par les opérateurs français. »

> À lire aussi : Peste porcine africaine, le virus en Allemagne fait craindre le pire aux éleveurs français (11/09/2020)

Vincent Guyot