« Les entreprises charcutières françaises valorisent 70 % de la viande de porc produite en France », rappelle la Fict dans un communiqué du 26 octobre 2017. « Dans la perspective d’un plan de filière durable », elle compte se concentrer sur deux principaux axes :

  • La compétitivité de la production « à tous les stades ». « Les éleveurs, abatteurs et transformateurs devront concurrencer efficacement en prix et en qualité leurs concurrents, en s’appuyant notamment sur l’innovation et la recherche, tout en construisant en parallèle une stratégie plus offensive à l’exportation. »
  • L’adaptation aux attentes des consommateurs « vers toujours plus de goût, de qualité, de naturalité et de segmentation, par exemple en développant les signes de qualité (label rouge, AOP, IGP, bio…) tout en poursuivant l’amélioration des produits courants ».

« Un juste prix pour tous »

Mais pour que la filière puisse se projeter sur le long terme, la fédération appelle à « un juste prix pour tous ». Elle rappelle que « le secteur de la charcuterie-salaison subit depuis un an et demi des hausses de prix importantes des pièces de découpe, comprises entre 4 et 40 %. Or il n’est pas libre de la fixation de ses tarifs ». Les responsables : « Certaines enseignes de la grande distribution française [qui] sont encore dans le déni, refusant de tenir compte de cette réalité. »

La Fict estime que « les hausses de prix acceptées par les distributeurs sont dérisoires (lorsqu’elles existent) et ne couvrent pas les coûts subis ». Conséquence, « les entreprises se fragilisent, des milliers d’emplois sont en jeu », et la situation s’aggravera encore si rien ne change.

Pour éviter cela, la Fict demande que la future loi contienne « une disposition qui renforce les clauses de renégociation des contrats en cas de fortes fluctuations des prix des matières premières, afin de réduire les délais de renégociation des nouveaux tarifs », et que « les négociations commerciales imminentes concernant les contrats de 2018 s’effectuent dans le respect de l’esprit de la loi à venir afin d’assurer un juste prix pour tous les maillons de la filière porcine ».

E.C.