L’embargo sanitaire imposé par Moscou en 2014 à la suite de la découverte de foyers de peste porcine africaine (PPA) en Lituanie et en Pologne, à l’encontre des porcs vivants et des produits porcins originaires de l’UE (Union européenne) ne respecte pas les standards internationaux. Un panel de l’OMC a rendu ce verdict le 19 août 2016.

L’UE reprochait notamment à la Russie de ne pas avoir régionalisé les mesures prises à la suite de la découverte de ces foyers. La Commission rappelle que le rapport du panel de l’OMC peut faire l’objet d’un appel d’ici à 60 jours. Passé ce délai, il « sera adopté et la Russie devra se conformer à ses recommandations ».

« Un signal fort à la Russie »

Dans son communiqué, Bruxelles estime que « ce jugement envoie un signal fort à la Russie et aux autres pays membres de l’OMC, concernant leurs obligations de respecter les standards internationaux […]. Et confirme que les mesures prises par la Russie […] n’ont pas grand-chose à voir avec de véritables risques sanitaires. »

Dans un communiqué de presse diffuse le 19 août 2016, Stéphane Le Foll a pris acte de cette décision de l’OMC, estimant qu’elle ouvre de nouvelles perspectives pour la filière porcine française. « Il appelle de ses vœux qu’[elle] puisse se traduire rapidement par le rétablissement de nos relations commerciales avec la Russie dans un secteur qui représente un débouché économique important pour la France. »

E.R.