« Comment se fait-il que la cotation enregistre ces baisses, alors que les signaux sont au vert ? » s’agacent les syndicats, dans un communiqué publié le 3 avril 2020. Les FRSEA et JA Pays de Loire pointent ainsi la référence française établie au Marché du porc breton (MPB), passée de « 1,569 €/kg le jeudi 12 mars à 1,513 € le jeudi 2 avril. […] Le prix français se trouve encore aujourd’hui déconnecté de plus de 20 centimes par rapport à son voisin allemand ».

La France « moins présente » à l’exportation

Dans le contexte de confinement de la population pour lutter contre le Covid-19, FRSEA et JA Pays de Loire estiment que « le report de la consommation de la restauration hors foyer vers la GMS est favorable à la viande de porc ». Ils soulignent par ailleurs la stabilisation de l’offre européenne, et une « forte demande du côté des pays tiers, notamment asiatiques ».

À lire aussi : Porc, les fondamentaux restent favorables à des prix élevés (06/04/20)

Sur ces marchés à l’exportation « très demandeurs », la France est « moins présente ». « Les statistiques du mois de janvier montrent une baisse de 3 % des ventes françaises vers les pays tiers lorsque les autres grands exportateurs européens affichent des hausses moyennes de 30 % », rapportent les syndicats, qui s’insurgent « du manque de considération des acheteurs » pour les éleveurs.

V. Gu.