Des voyants au rouge

« À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, détaille Le Gouessant dans son communiqué de presse diffusé ce 8 mars 2018. En production porcine, tous les voyants sont au rouge au premier trimestre de 2019. Les éleveurs sont à la peine et les trésoreries d’exploitation exsangues. Le ratio prix du marché sur prix d’aliment est à son plus bas niveau jamais atteint. »

La coopérative explique que les éleveurs sont coincés entre un cours du porc « déprimé depuis des mois et un prix d’aliment élevé en raison de la hausse des cours des matières premières ». Sans oublier le recul de la consommation de viande porcine en France de 13 % ces dix dernières années, selon Le Gouessant.

Avance trésorerie et paiement anticipé

La coopérative explique avoir décidé d’accorder « une avance de trésorerie sur 12 mois sans intérêt » à ses adhérents. Cette aide « équivaut à 20 € par tonne d’aliment consommé sur 3 mois », détaille la coopérative, estimant à 1,1 million d’euros l’enveloppe nécessaire. Cette disposition est mise en place dès ce mois de mars.

La Coopérative ajoute avoir aussi mis « en place un règlement anticipé d’une semaine des porcs charcutiers. Cette mesure supplémentaire en cours de déploiement représente 1,1 million d’euros additionnels de trésorerie pour nos éleveurs, au travers de notre organisation de producteurs Syproporcs. »

E.R.
Votre analyse marché - Porcs

Cours reconduit

Le prix de base du porc s’est établi à 1,345 €/kg ce lundi 26 juillet 2021, au Marché du porc breton (MPB) de Plérin, dans les Côtes-d’Armor.