« Les ventes progressent à destination de la Chine, confrontée à la peste porcine africaine », rapporte le ministère dans sa note d’Infos rapides mise en ligne le 21 décembre 2018. Elles ont bondi de 25 % sur un an. Plus globalement, les exportations françaises de viande porcine ont augmenté de 24 % entre septembre et octobre 2018 (pic saisonnier).

En volume seulement

La balance commerciale française était excédentaire de 2 600 tonnes d’équivalent carcasse en octobre. Il est à noter toutefois qu’en valeur, elle reste négative, de 30 millions d’euros. Et que le solde en volume, bien qu’excédentaire, se situe largement en dessous des valeurs enregistrées sur les cinq dernières années : de presque 50 %.

Les chiffres sont également à la hausse du côté des importations. Leur niveau d’octobre 2018 est supérieur à la moyenne des cinq dernières années (+0,7 %) et à octobre 2017 (+2 %). Les achats en provenance de l’Allemagne et de l’Italie ont augmenté de respectivement 8 et 12 % sur l’année.

Reprise des abattages en novembre

Bien qu’en deçà des niveaux de 2017, l’activité d’abattage de porcs charcutiers a connu un fort regain entre octobre et novembre 2018, toujours selon le ministère de l’Agriculture. L’activité est supérieure de 2,5 % en novembre par rapport à la moyenne des cinq dernières années en tonnes-équivalent carcasse (tec).

Même si la production porcine a reculé de presque 2 % en tonnage entre octobre 2017 et octobre 2018, le cumul de la production sur la période janvier octobre est supérieur de 1,4 % en 2018 à l’an dernier. La consommation de viande porcine se maintient et équivaut à la moyenne enregistrée sur les cinq dernières années.

Le décrochage des cours porc charcutier en Europe en octobre dernier s’est stabilisé au cours du mois de novembre. Le cours moyen du porc entrée abattoirs s’est maintenu au-dessus des 1,40 €/kg de carcasse en France. Le prix de l’aliment pour porcins est à la hausse. Il affichait une progression de 8 % sur un an en octobre dernier.

Alexandra Courty