Le virus n’avait encore jamais fait son apparition en Grèce. Le 7 février 2020, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) rapporte un cas de peste porcine africaine (PPA) dans un élevage du pays. « Le foyer de PPA chez un porc d’engraissement mort dans une basse-cour a été confirmé par le laboratoire national de référence au moyen d’épreuves PCR en temps réel, ELISA pour la détection de l’antigène et immunoperoxydase indirecte le 5 février 2020 », précise l’OIE.

31 porcs abattus

Faisant suite à la découverte de ce foyer, « des mesures supplémentaires visant la basse-cour atteinte (abattage, enfouissement sanitaire, nettoyage et désinfection) sont en cours d’application par l’unité régionale, conformément aux législations européenne et nationale ». Au total, 31 porcs ont été abattus.

Selon la plateforme 3trois3, la basse-cour touchée se situe à environ 50 km des foyers de PPA les plus proches confirmés en Bulgarie. Des mesures ont été annoncées par les autorités grecques, afin de contenir la propagation de la maladie, « notamment l’interdiction des déplacements d’animaux vivants, de viande, de sperme, d’ovules et d’embryons dans la région de Serres [où se situe l’élevage], ainsi que l’interdiction d’exporter en dehors de la région, sans l’autorisation préalable des autorités vétérinaires, des aliments pour animaux, ustensiles, matériaux ou déchets susceptibles de transmettre la maladie ».

V. Gu.