« La dernière trace de circulation virale daterait d’octobre 2019 », rapporte la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA), dans une note de synthèse publiée le 23 janvier 2020. Le dernier cas de sanglier infecté par la peste porcine africaine (PPA) annoncé par le service public de Wallonie date du 8 janvier 2020. Cette déclaration correspond à la découverte d’« ossements de sanglier positifs trouvés au centre de la zone infectée, précise la plateforme ESA. […] La mort de l’animal serait estimée à plus de trois mois, selon les autorités belges. »

Le 17 décembre 2019, un cadavre de sanglier positif avait également été retrouvé dans la zone d’observation renforcée au nord de la zone infectée belge. « Les autorités belges ont déclaré, compte tenu de l’état de décomposition du cadavre, que la mort de ce sanglier serait estimée à plus de trois mois. Ce secteur était déjà complètement clôturé depuis juillet 2019. »

Répartition des cas de sangliers positifs à la peste porcine africaine en Belgique (points rouges) entre le 13 septembre 2018 et le 8 janvier 2020. © Service public de Wallonie

Une évolution à interpréter avec prudence

Pour les experts de la plateforme ESA, « les “anciens cas” récemment détectés démontrent que le virus de la PPA est toujours présent dans la zone mais qu’il n’y a pas de trace de circulation récente ». Ils appellent toutefois à la prudence pour « l’interprétation de cette diminution, la variabilité du délai entre la mort des animaux et la découverte des carcasses ayant un impact sur la signification de la date de déclaration ».

Depuis l’apparition de la peste porcine africaine (PPA) en Belgique le 13 septembre 2018 dans la faune sauvage, 831 sangliers ont été détectés positifs au virus, sur 4 568 animaux analysés, rapportait le Service public de Wallonie le 8 janvier dernier.

V. Guyot