Selon un article du China Science Daily posté sur le site internet de l’Académie des sciences agricoles de Chine (CAAS), le ministère de l’Agriculture a approuvé en mars, des essais cliniques pour le vaccin dans la province du Heilongjiang (Nord-Est), ainsi que dans celle du Henan (centre) et la région du Xinjiang (Nord-Ouest). Effectués par l’Institut de recherche vétérinaire de Harbin, ces essais enregistreraient « des progrès réguliers », selon la CAAS.

À lire aussi : Peste porcine africaine, la situation s’améliore en Belgique, et s’aggrave en Pologne (10/06/2020)

En test dans trois exploitations

Ce vaccin utiliserait une souche virale atténuée de la peste porcine africaine. Les essais, lancés entre avril et juin, portent sur environ 3000 porcs dans trois élevages. Les porcelets vaccinés se sont développés normalement. Leur taux de mortalité serait inférieur à 1 %. Le nombre d’avortements des truies vaccinées ne serait pas différent de celui du groupe de contrôle. Les tests pour développer le vaccin se poursuivent.

Depuis août 2018, l’épizootie a désorganisé l’approvisionnement du marché chinois, premier au monde pour la consommation mais aussi la production de viande de porc. La peste porcine africaine a provoqué l’abattage de millions de porcs. Les autorités chinoises ont annoncé à la fin de 2019 avoir perdu 50 % de leurs troupeaux de porcs reproducteurs, soit environ 500 millions de porcs selon des experts du marché.

À lire aussi : Peste porcine africaine, « n’enterrez pas la Chine trop vite » (12/09/2019)

Avec l’AFP