Le virus de la peste porcine africaine a été retrouvé, dans le Land du Brandebourg, sur quatre sangliers retrouvés morts et un animal malade qui a été tué, indique un communiqué du ministère local de la Protection du consommateur, publié le 15 septembre 2020.

Un laboratoire au sein de l’institut Friedrich Loeffler (institut fédéral de recherche sur la santé animale) doit encore confirmer la contamination à partir d’échantillons prélevés sur les cinq carcasses, a précisé le ministère.

Un premier cas avait été détecté à la fin de la semaine dernière sur un sanglier mort retrouvé dans la même région du Brandebourg, près de la frontière germano-polonaise.

Négocier avec l’Asie pour continuer à exporter

Depuis, le Japon, la Chine, la Corée du Sud, rejoints par le Brésil et l’Argentine, ont annoncé la suspension des importations de porc allemand, menaçant un secteur déjà fragilisé et très dépendant de ses ventes à l’étranger.

> À relire : « Pour les Chinois, un pays touché par la peste porcine africaine, c’est un pays fermé » (18/02/2019)

Le ministère allemand de l’Agriculture a indiqué, le lundi 14 septembre 2020, être en pourparlers avec les gouvernements de ses marchés asiatiques pour qu’ils limitent les interdictions d’importation dues à la peste porcine africaine uniquement aux entreprises des régions allemandes touchées. Le manque à gagner pourrait être énorme pour l’Allemagne, où près de 5 millions de tonnes de viande de porc sont produites chaque année, dont la moitié destinée à l’exportation.

AFP