Le maïs était pourtant bien parti dans les Pays de Loire. Si 2018 est parmi les années les plus chaudes, avec un cumul de températures depuis le 1er mai à Angers supérieur de près de 150 °C (base 6) par rapport à la normale (source Arvalis Météo France), il y a eu suffisamment d’eau jusqu’à début juillet. Le stress hydrique est arrivé au moment de la période critique, en pleine...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !