Ces aides au pastoralisme sont gérées dans le cadre du plan de développement rural aquitain (PDRA), avec des fonds européens du Feader et des financements nationaux.

Délégation à Bruxelles

Une délégation composée d’élus régionaux et d’associations d’éleveurs se déplacera à Bruxelles pour demander une hausse de la participation européenne, en particulier pour « les cabanes fromagères (actuellement éligibles à hauteur de 40 % d’aides) et l’activité de portage pratiquée dans les estives éloignées des vallées béarnaises », précise la Région dans un communiqué du 22 février 2017.

Pour rappel, en 2016, tous les dossiers d’amélioration pastorale éligibles dans les Pyrénées-Atlantiques ont été financés, à hauteur de 1,33 million d’euros (M€) de travaux et 931 000 € d’aides (UE, Région, département, ministère de l’Agriculture et FNADT). Les aides au gardiennage se sont élevées à plus de 1 M€ (une hausse de 700 000 € par rapport à 2008) pour 300 éleveurs transhumants du Béarn et du Pays basque, l’ensemble des dossiers ayant là aussi été financés.

Bug informatique

Ces dossiers sont en cours de paiement. La Région précise que le retard est dû à « un bug informatique de l’Agence de services et de paiement (ASP) ». Par ailleurs, après modification du PDRA en 2016, « les travaux liés à l’activité de traite en estives sont désormais éligibles à hauteur de 70 % d’aides », rappelle également la Région.

E.C.