« En 2017, les abattages de brebis ont augmenté de 2,7 % et les exportations de 23,9 %, constate FranceAgriMer dans le Bilan des marchés des produits laitiers et carnés qu’il a mis en ligne. Cela peut être dû en partie à un renouvellement accru du cheptel de reproductrices en 2017 pour cause de mauvaises fertilités, mais ces fortes sorties pourraient plutôt indiquer une décapitalisation. »

Production en hausse outre-Manche

Avec une baisse du cheptel reproducteur de l’ordre de 1 à 2 %, FranceAgriMer table sur un repli probable de la production d’agneaux de 2 % entre 2017 et 2018. Ce qui pourrait faire le bonheur des Britanniques. « La production du Royaume-Uni devrait augmenter en 2018, avec notamment des sorties d’agneaux qui ont été retardées à la fin de 2017 », rapporte l’organisme.

Cette augmentation probable des importations en provenance des îles britanniques se traduirait par une pression importante sur la cotation française des agneaux de boucherie au début de l’année. Quant à la Nouvelle-Zélande, elle devrait concentrer ses flux commerciaux sur l’Asie et ne remplirait pas son contingent européen, laissant une porte ouverte à l’Australie.

E.R.
Votre analyse du marché - Ovins

L’offre ne couvre pas la demande

La demande se tasse, mais les disponibilités peinent à la couvrir. L’animation commerciale est soutenue sur les cadrans avec une bonne tenue des prix alors que la tendance de ces dernières années la tendance était plutôt à la baisse à la fin de septembre.